Reportage d’artiste : Mekia Machine sur sa résidence Liquitex

by admin

Rencontrez Mekia. Véritable « machine » et créatrice pluridisciplinaire qui s’exprime à travers la peinture, la composition, le chant et la performance. Au cours de sa résidence à la gouache acrylique, elle a créé une quantité incroyable de travaux explorant les thèmes de l’isolement, de la mémoire et de l’essence de soi, prenant le familier et la formule et le réimaginant en images introspectives chargées de psychologie. Travaillant avec des palettes vibrantes de gouache acrylique riche en pigments, Mekia a parfaitement mélangé des récits positifs réels et fictifs pour les personnes qu’elle aime et les personnes qu’elle n’a jamais rencontrées.

Salut Mekia, merci beaucoup d’avoir pris le temps de nous parler. Tout d’abord, pour ceux qui ne connaissent pas votre travail, pourriez-vous nous parler un peu de vous et de votre parcours pour devenir artiste ?

Salut! Je suis un artiste multidisciplinaire et compositeur de musique. Je suis né en Jamaïque et j’ai grandi dans le Queens, à New York. Je crée des œuvres d’art que j’aurais aimé voir en tant que jeune fille – je m’intéresse aux gens, à la noirceur et aux histoires, et j’essaie de raconter ces histoires en réduisant autant que possible la couleur et la forme, en essayant de capturer l’essence d’une personne autant que possible.

Une chose qui ressort définitivement de votre travail est qu’il est immédiatement identifiable comme une « Mekia Machine ». Pourriez-vous nous dire un peu comment vous avez développé cette esthétique ?

En ce qui concerne mon travail maintenant… et il va changer mais j’espère qu’il sera toujours reconnaissable… J’utilise beaucoup de couleurs vives et de formes audacieuses. Mes portraits sont généralement réduits à la couleur étant la facette la plus importante du travail. Mon travail étant très coloré et graphique est né d’une incapacité à voir de mon œil gauche pendant très longtemps, ce qui a changé ma vision en général. La peur d’une perte de vision permanente a conduit à mon obsession pour les couleurs, pour rendre une forme ou raconter une histoire en utilisant des formes et des couleurs plus grandes, des choses que je pouvais voir sans avoir toute ma vision. Je sais que je vais continuer avec ces couleurs et ces formes, mais je suis sûr qu’elles vont s’affiner et changer d’une manière ou d’une autre. Voyons où cela ira…

Pouvez-vous partager avec nous comment vous avez trouvé la résidence Liquitex ?

Je suis tombé sur la résidence sur Instagram, et j’ai vraiment adoré ce qu’ils ont fait avec un de mes artistes préférés, Tschabalala Self, alors je me suis dit ‘pourquoi pas !?’. J’avais travaillé tout au long de la pandémie, donc c’était juste le bon moment et l’opportunité et j’y étais préparé. Je savais que j’étais dans un endroit où je savais vraiment que je bénéficierais de la résidence, de l’accès au matériel, d’un espace en dehors de mon propre salon et du temps pour me concentrer. C’était aussi parfait parce que le médium qui m’intéresse est la peinture et la couleur, donc ça a parfaitement fonctionné. Je l’ai manifesté aussi en fait, j’ai écrit que j’avais gagné la résidence sur mon petit « mur de sorts », et j’ai gagné ! Ça marche!

Si nous devions nous promener dans votre studio, quels matériaux d’art Liquitex y trouverions-nous ?

J’adore le Gesso Clair ! J’aime l’aspect de la toile exposée, j’aime que la transparence du gesso clair me permette de conserver la matérialité visuelle de la surface sur laquelle je travaille. Je travaille sur ces nouvelles petites peintures pétillantes, certaines des textures de ces peintures proviennent de la poussière de marbre dans le gesso. Il brille un peu aussi, c’est tellement beau ! J’ai aussi la chance d’avoir encore quelques-unes des peintures Liquitex de la résidence de l’année dernière ainsi que des médiums et un tas de pinceaux. Mais je peux toujours utiliser plus de gesso !

En parlant de votre studio, nous sommes toujours intéressés d’en savoir plus sur les habitudes des artistes en studio et sur la façon dont ils trouvent leur propre flux créatif. Pouvez-vous nous parler de votre décor de studio et si vous avez des habitudes/routines pour trouver cet état de flux ?

Chaque fois que je commence un nouveau projet, je dois faire table rase, donc je dois nettoyer complètement. Il faut que tout soit en ordre et à sa place, et puis j’y vais ! Une fois que j’y vais, je me fiche du désordre, rien d’autre ne compte que le travail. Il y a quelques années, j’ai réfléchi à la raison pour laquelle j’étais si désordonné et j’ai réalisé que cela faisait littéralement partie du processus. Je trouve qu’il est plus facile pour l’esprit de partir d’une table rase, car une toile vierge laisse suffisamment d’espace pour que le travail ait lieu. De plus, j’ai essayé d’entrer dans l’atelier et de terminer une chose tous les jours, un dessin ou une peinture. Je commence la journée en complétant quelque chose. J’ai toujours besoin d’autant d’espace mural que possible, donc tout ce qui est fini ou le travail dont je fais une pause, je l’enroule et le range, de cette façon, tout ce sur quoi je travaille actuellement est sur le

Related Articles

Leave a Comment

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site web.

marsbahisikimislivbetbahiscomdeneme bonusu veren siteler1xbetbycasinomarsbahisikimisli girişen güvenilir slot sitelerideneme bonusu veren sitelermarsbahisikimislivbetbahiscomdeneme bonusu veren siteler1xbetbycasinomarsbahisikimisli girişen güvenilir slot sitelerideneme bonusu veren siteler
casibomseo çalışmasıpancakeswap botfront running botdextools trendingdextools trending botpinksale trendinguniswap botdextools trending costçekici ankaraantika alanlarAntika alan yerlerface liftgoogle adsreplika saatucuz uc satın alcasibomseo çalışmasıpancakeswap botfront running botdextools trendingdextools trending botpinksale trendinguniswap botdextools trending costçekici ankaraantika alanlarAntika alan yerlerface liftgoogle adsreplika saatucuz uc satın al