Comment j’ai fait ça : les paniers de produits réutilisés de Theresah Ankomah

by admin

Les œuvres d’art monumentales et immersives de Theresah Ankomah donnent une nouvelle tournure aux traditions de fabrication de paniers des régions du nord et de l’est du Ghana. Ayant appris la vannerie auprès d’artisans locaux, l’artiste basé à Accra utilise une variété de fibres naturelles telles que le kénaf, les feuilles de palmier, le jute et le rotin pour créer des environnements tissés dont l’apparence change lorsque la lumière les filtre et projette des ombres à l’intérieur et autour d’eux.

La réorientation est au cœur de la création artistique d’Ankomah, et son travail utilise souvent les paniers de produits kenaf, ou chalis, que l’on trouve sur les marchés du Ghana. La géopolitique de la région est ancrée dans son art, où les articles traditionnellement faits à la main comme les paniers sont remplacés par des produits importés bon marché.

Articles Liés

Des flacons en verre en forme d'organes internes,

Ankomah a commencé à incorporer des paniers dans ses installations après une visite au marché aux oignons d’Anloga à Kumasi, où elle a vu des paniers remplis d’oignons être déchargés sur les étals des commerçants. Aujourd’hui, elle récupère ses paniers d’oignons à Anloga et à un autre grand marché d’oignons au Ghana, le marché d’Agbogbloshie à Accra.

Les paniers d’oignons sont ramenés à l’atelier d’Ankomah, où ils sont teints, découpés et tissés ensemble en formes sculpturales. « Après les avoir récupérées », dit-elle, « je passe par le processus de tri par tailles, puis de les tremper dans de l’eau avant de les teindre dans une sudine » – un récipient spécial utilisé à cet effet – « en utilisant différentes couleurs selon le routine de teinture pour la journée.

Comment j'ai fait ça : Theresah Ankomah

Les bains de teinture colorent les paniers normalement brun pâle dans une gamme de rouges, verts, jaunes, violets et oranges. « Je les teints pour imiter la façon dont les commerçants identifient leurs produits en attachant des tissus colorés ou du polyéthylène à leurs paniers », explique Ankomah. « Ils sont ensuite séchés au soleil, après quoi je les coupe en demi-cercles à l’aide de ciseaux et d’un couteau. » Ensuite, elle passe du temps à « diviser et coller, couper et coudre ensemble, assembler et retisser ». Elle ajoute : « Mon œuvre devient une appropriation de tissages individuels collectés à travers des rencontres avec des personnes, des expériences et des récits.

Pour Ankomah, les paniers tressés ne sont pas simplement des objets mais aussi des incarnations d’une multitude de structures sociales et économiques. En Afrique, la vannerie est généralement pratiquée par les femmes, qui se transmettent des techniques séculaires de génération en génération, et l’artisanat leur a historiquement fourni une source de revenus. d’Ankomah Sans titre #2 (2017), une installation in situ dans le marché aux oignons d’Anloga, a ramené les paniers transformés à l’endroit où elle les a rencontrés pour la première fois, activant cet espace public d’une manière performative qui a attiré une nouvelle attention sur lui et sur les paniers.

« La tradition du tissage de paniers a été négligée en raison de la modernisation, de l’industrialisation et des booms technologiques », dit-elle. « L’importation de paniers en polyéthylène et en plastique dans la région de l’Afrique de l’Ouest contribue non seulement au déclin de cet artisanat traditionnel, mais contribue également à l’augmentation des déchets plastiques et à la pollution subséquente de l’environnement.

Au fil du temps, les paniers tissés à la main se décomposent, retournant peut-être même à la terre sous forme de compost et faisant partie d’un cycle sans fin de transformation et de renouvellement. « Je dois dire que je suis un amoureux de la nature. Je me vois dialoguer avec les fibres, étudier leurs processus écologiques, en particulier les forces climatiques et environnementales qui affectent leur matérialité au fil du temps », explique Ankomah. « Mon intérêt à explorer la dynamique de la fibre réside dans sa capacité à générer une dichotomie entre temporalité et permanence.

Comment j'ai fait ça : Theresah Ankomah

Thérèse Ankomah, Le pays des merveilles, 2016. Photo : Va-Bene Elikem Fiatsi.

Related Articles

Leave a Comment

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site web.

marsbahisikimislivbetbahiscomdeneme bonusu veren siteler1xbetbycasinomarsbahisikimisli girişen güvenilir slot sitelerideneme bonusu veren siteler
casibomseo çalışmasıpancakeswap botfront running botdextools trendingdextools trending botpinksale trendinguniswap botdextools trending costçekici ankaraantika alanlarAntika alan yerlerface liftgoogle adsreplika saat