Comment j’ai fait ça : les cartes illustrées d’Anton Thomas

by admin

Il est juste de dire que le cartographe Anton Thomas basé à Melbourne est obsessionnel. Lorsqu’il réalise l’une de ses cartes illustrées dessinées à la main, il descend dans ce qu’il appelle « l’ermite des cartes ». Cela devient si grave qu’il ne peut pas établir de contact visuel avec les gens du supermarché ; sortir chercher une pinte de lait donne l’impression que cela pourrait faire dérailler tout le processus.

Thomas travaille actuellement sur une carte du monde intitulée Monde sauvage. Cette carte sera ornée de reliefs et d’animaux spécifiques à chaque région, mais n’inclura pas de frontières nationales. Par exemple, il a dessiné les oiseaux nationaux de la Corée du Nord et du Sud sur une péninsule coréenne unie. « Les frontières sont des abstractions que nous concrétisons à travers notre infrastructure et nos politiques », dit-il. Thomas a commencé la carte en juillet de l’année dernière ; il espère que les tirages seront prêts à temps pour les fêtes de fin d’année.

Articles Liés

Imprimante laser

Comment j'ai fait ça : celui d'Anton Thomas

Antoine Thomas

Les matériaux de Thomas sont simples. Il dessine la carte sur un seul morceau de papier Fabriano Accademia 200 g/m² sans acide. Il a un rouleau dans lequel il prélève la quantité dont il a besoin. Il utilise les crayons de couleur Faber-Castell Polychromos car ils sont résistants à la lumière, ce qui est particulièrement important compte tenu de la quantité de soleil que reçoit son studio. Entre les séances de dessin, il recouvre la carte en cours d’une autre feuille de papier sans acide puis d’un morceau de papier noir pour la protéger des rayons ultraviolets. Les détails sont rehaussés avec un crayon graphite 4H Staedtler Lumograph. Pour garder ses outils de dessin bien aiguisés (il utilise une loupe pour dessiner), Thomas coupe le bois avec un cutter en acier avant d’affiner la pointe avec un bloc de papier de verre. Les étiquettes sont écrites avec un stylo à trait fin de 0,03 millimètre.

Le souci du détail de Thomas s’étend à ses recherches sur la faune de chaque région. Monde sauvage comprend, par exemple, l’oryx algazelle, qui s’est éteint au Sahara en 2000 mais a depuis été réintroduit dans la nature au Tchad et en Tunisie.

Thomas pense qu’il a dessiné environ 460 animaux jusqu’à présent, estimant qu’il y en aura un total de 700 lorsque la carte sera terminée. Il lui reste encore à parcourir les masses continentales de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande et de l’Antarctique, puis tout le fond de l’océan, il n’est donc pas déraisonnable de penser qu’il pourrait y en avoir encore plus. Il intègre les animaux dans les paysages fluides des cartes – ils errent dans leurs habitats respectifs plutôt que d’être superposés. « Il y a une histoire de cartes illustrées caricaturales », dit Thomas, « mais ce n’est pas ce que je recherche. »

Ce dévouement au réalisme a conduit à une ingéniosité cartographique considérable autour de la projection cartographique – comment la surface d’un globe en trois dimensions est aplatie pour créer une carte en deux dimensions. Pour sa dernière carte, un rendu de l’Amérique du Nord sur lequel il a travaillé de 2014 à 2019, Thomas a utilisé la projection Mercator de Google Earth, mais il a réfléchi beaucoup plus au type de projection à utiliser pour Monde sauvage.

Comment j'ai fait ça : celui d'Anton Thomas

Antoine Thomas

Même si la projection de Mercator est la plus familière aux téléspectateurs – c’est celle que vous voyez souvent dans les salles de classe – elle devient de plus en plus déformée vers les pôles, faisant par exemple apparaître le Groenland de la même taille que l’Afrique. Thomas ne voulait pas non plus utiliser une projection cartographique à surface égale, non seulement parce que les masses continentales sont moins reconnaissables dans ce type de projection, mais parce qu’il n’y aurait pas assez de place pour les animaux. Au final, il a choisi la projection Natural Earth, une projection pseudo-cylindrique, la centrant à 11 degrés à l’est de Greenwich.

Thomas a imprimé la projection cartographique à l’échelle qu’il voulait, l’a agrafée au dos de son papier à dessin, puis, à l’aide d’un tampon lumineux, l’a tracée sur le papier avec un crayon HB émoussé. Les îles étaient délicates ; il décrit les archipels au large de la côte sud de la Patagonie comme ressemblant à une peinture goutte à goutte de Jackson Pollock. Des caractéristiques géographiques comme celles-ci qu’il dessine comme des textures, plutôt que d’essayer de les tracer. Au fur et à mesure que Thomas termine chaque section, il parcourt les côtes avec un stylo ; chaque côte encrée est un jalon dans sa progression. Quand il a terminé la Malaisie, qui était aussi quand il a terminé la masse continentale d’Afro-Eurasie, il l’a qualifié de moment du genre «crackez une bière et mettez une chanson».

Pendant les cinq années que Thomas a passées à dessiner l’Amérique du Nord, il a également eu un travail de jour. Maintenant que les ventes d’impression de son Amérique du Nord carte suffisent à le soutenir, il est capable de travailler à plein temps sur Monde sauvage. Il envisage de faire une carte de l’Océanie ensuite. « Mes cartes », dit-il, « sont une lettre d’amour à la réalité. »

Comment j'ai fait ça : celui d'Anton Thomas

Antoine Thomas

Related Articles

Leave a Comment

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site web.

marsbahisikimislivbetbahiscomdeneme bonusu veren siteler1xbetbycasinomarsbahisikimisli girişen güvenilir slot siteleri
casibomseo çalışmasıpancakeswap botfront running botdextools trendingdextools trending botpinksale trendinguniswap botdextools trending costçekici ankaraantika alanlarAntika alan yerlerface liftgoogle ads