Histoires imminentes : Diedrick Brackens au Scottsdale Museum of Contemporary Art

by admin

Qu’est-ce que le corps est capable d’exprimer en silhouette ? Diedrick Brackens met en évidence cette question dans une vidéo sur « Ark of Bulrushes », son exposition de sculptures, de photographies et de textiles actuellement présentée au Scottsdale Museum of Contemporary Art. Intitulé d’après le panier flottant qui a emmené l’enfant Moïse sur le Nil en sécurité, l’exposition demande quel est le bilan psychique d’un secret extrême au milieu d’un passage incertain, et comment l’esprit et le corps peuvent guérir d’une telle contrainte.

Dans le Livre de l’Exode, Moïse cite son inéloquence pour s’excuser de tenir tête au Pharaon et d’exiger la liberté des Israélites. Il pouvait parler à Dieu, mais il sentait qu’il ne pouvait pas parler aux Israélites, dont les fardeaux lui étaient étrangers : contrairement à eux, il n’avait jamais été esclave. En guise de compromis, Dieu a fait un porte-parole de son frère, Aaron, qui avait connu la vie d’esclave. La parole était également une monnaie chargée pour les enfants et petits-enfants réduits en esclavage des Africains kidnappés qui ont été contraints de construire les États-Unis d’Amérique. Certaines traditions orales parlaient d’un langage d’avertissement, compressé en symboles, trouvé sur des courtepointes de la liberté accrochées stratégiquement aux fenêtres pour aider les fugitifs sur le chemin de fer clandestin.

Alors que les universitaires ont rejeté à la fois l’histoire de Moïse et les codes des couettes de la liberté comme des mythes, les histoires sont entremêlées de récits culturels (Harriet Tubman a été surnommée Mother Moses par le journaliste et collègue abolitionniste William Lloyd Garrison pour le profond secret de ses missions guidant les gens le long le chemin de fer clandestin), ce qui les rend mûrs pour des extensions – et pour Brackens, un artiste né au Texas et basé à Los Angeles, le mythe est un fondement essentiel de l’art. Plus tôt dans cette vidéo, Brackens s’est assis près de son métier à tisser et a raconté la puissante utilité de ces courtepointes – comment chaque conception aurait secrètement indiqué où un fugitif pourrait trouver un abri ou transmis les ressources à préparer avant de se lancer dans le voyage.

Un tissage carré bleu représente la silhouette d'un personnage accroupi dans un carré composé des côtés de triangles isocèles.

Diedrick Brackens, la survie est un sanctuaire, pas le petit espace près de la limite de la vie, 2021, coton et fil acrylique, environ 96 par 96 po.
Avec l’aimable autorisation de l’artiste ; Galerie Jack Shainman, New York; et Divers petits incendies, Los Angeles/Séoul. © Diedrick Brackens.

Le fruit du travail de Brackens au métier à tisser – qu’il considère comme un outil d’invention méditative – est une série de textiles qui répond aux histoires susmentionnées en élaborant sur les directives des courtepointes pour explorer comment communiquer silencieusement en étant en sécurité dans son propre corps. Dans la tapisserie la survie est un sanctuaire, pas le petit espace près de la limite de la vie (2021), par exemple, Brackens dépeint un corps silhouetté accroupi, les bras levés larges en forme de V, les paumes tournées vers l’extérieur. Posée sur la plante des pieds, la figure semble prête à s’élancer depuis l’espace confiné du centre de la pièce, délimité par les triangles isocèles noirs qui l’entourent. Ces formes pointent dans une multitude de directions, suggérant plusieurs chemins vers la sécurité, même si la poursuite d’un tel mouvement pourrait amener le personnage dans les lignes de mire de la surveillance. Une réponse à la question de Brackens sur le potentiel expressif de la silhouette : les figures anonymes, tissées dans des compositions encodées, servent de signes de protection face aux dangers et aux frustrations que les Noirs ont continué à endurer, depuis le moment historique de la liberté courtepointes à travers le présent.

L’exploration de Brackens sur la façon de transmettre la sécurité corporelle se poursuit dans ses sculptures. Se livrant pour la première fois à la vannerie, il a imaginé un contenant qui pourrait amener son corps dans un rapport positif à la terre, dont les Noirs ont longtemps été dépossédés. Les grands navires résultants, tissés à partir de roseaux, comprennent arche (croix), 2021, un panier à motif pied-de-poule en forme de croix, et arche (indigo), 2021, ressemblant à un tonneau trempé dans l’indigo. Les deux apparaissent dans une série de photographies prises par Brackens à Big Tujunga Creek, qui traverse les contreforts des montagnes San Gabriel dans le comté de Los Angeles. Ce corpus d’œuvres ancre le mythe de la libération dans une expérience incarnée : Brackens se représente portant la croix creuse puis flottant dans l’eau tout en étant niché dans le panier en forme d’utérus, comme s’il recevait la nouvelle vie que promet le baptême, implorant tranquillement l’eau de bénir sa renaissance.

Related Articles

Leave a Comment

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site web.

marsbahismarsbahis
portobetseo çalışmasıpancakeswap botfront running botdextools trendingdextools trending botpinksale trendinguniswap botdextools trending costçekici ankaraantika alanlarAntika alan yerlerface liftgoogle adscasibomseo çalışmasıpancakeswap botfront running botdextools trendingdextools trending botpinksale trendinguniswap botdextools trending costçekici ankaraantika alanlarAntika alan yerlerface liftgoogle ads